#10ansSousLesBombes

STOP AUX BOMBARDEMENTS
DES HÔPITAUX !

JE SIGNE LA PÉTITION

Depuis le début du conflit en Syrie, il y a 10 ans, près de 600 structures médicales ont été ciblées à plusieurs reprises par des attaques aériennes, et 923 soignants ont été tués (bombardements, raids aériens, tortures…). Cette situation est inadmissible et contraire aux conventions de Genève. En 10 ans, la situation humanitaire n’a pas cessé de se dégrader, et atteint son paroxysme aujourd’hui avec seulement 50% du système de santé fonctionnel, alors même que 13,4 millions de syrien.ne.s à travers le pays ont besoin d’assistance médicale.


#10ansSousLesBombes
Veuillez saisir votre prénom
Veuillez saisir votre nom

*Champs obligatoires.

9 321 ont signé. Prochain objectif : 10 000 !

DÉJÀ 9321 signatures.
AU NOM DES SOIGNANTS SYRIENS, MERCI.

+900
personnels soignants ont été tués depuis le début du conflit

15 000
médecins ont fui la Syrie

“J’ai eu à choisir entre deux options. Ignorer ce qu’il se passait, prétendre que ce n’était rien d’important, continuer ma formation, et obtenir mon diplôme pour réaliser mon rêve. Ou aller plus loin, et agir comme un vrai médecin, aider les gens dans les manifestations, et abandonner mes études. Ce n’était pas très difficile de choisir la dernière option. J’ai passé deux ans dans la ville qui était considérée comme la plus dangereuse au monde. La ville d’Alep. J’ai vécu dans un hôpital, qui était ciblé quotidiennement.”

Dr Houssam al-Nahhas,
ancien coordinateur médical UOSSM

Qui sommes-nous ?

L’UOSSM, Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux, est une ONG française et internationale, initiée par des médecins syriens, dont le but est de garantir aux populations touchées par la guerre en Syrie et dans les pays limitrophes, un accès permanent à des soins de santé de qualité et gracieux.

Ce que l’UOSSM France demande pour la Syrie

  • L'application de la résolution 2401 de 2018 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui impose une trêve totale sur l’ensemble du territoire syrien.

  • L’engagement de toutes les parties au conflit de se conformer à leurs obligations en vertu du droit international humanitaire, de protéger les populations et de garantir la protection des structures sanitaires.

  • L’ouverture de tous les couloirs humanitaires en Syrie pour assurer un acheminement immédiat de l’aide internationale vitale.

  • Le déblocage de fonds d’urgence pour la réhabilitation du système sanitaire, éducatif, alimentation, eau, logement.

  • Laisser libre les organisations humanitaires d’intervenir sans restriction en Syrie.